image_pdfimage_print

Avalanches en laboratoire

Le développement de toute science est en grande partie conditionné par l’existence d’une base expérimentale solide. Seule en effet l’expérience permet de collecter mesures et observations tout en permettant de tester les hypothèses théoriques de façon systématique et contrôlée. Dans les sciences de l’environnement, l’expérience est possible, mais elle est ardue à conduire. Par exemple, dans le domaine de l’hydraulique torrentielle, il est très difficile voire impossible de forcer le déclenchement d’une lave torrentielle pour en étudier le mouvement. Cela a poussé les scientifiques à étudier des écoulements à échelle réduite en recréant des écoulements qui ressemblent aux écoulements naturels.

Lire la suite

Histoire du génie paravalanche

Quoiqu’on ait tendance à utiliser le néologisme « nivologie » pour désigner la science étudiant la neige et les avalanches, il peut être plus avantageux de se référer à un terme plus technique – le génie paravalanche – pour désigner le corps de connaissances nécessaires à l’étude des avalanches et à la conception des moyens de protection spécifiques. L’objet de cette page est de dresser une perspective historique de cette science en Occident. Beaucoup pensent que le génie paravalanche est récent. Il n’en est rien : les premières actions de défense organisée contre les avalanches remontent au XVIIIe siècle en France et en Suisse ! Le développement du génie paravalanche n’a pas été linéaire : avant d’entrer dans l’ère moderne, il y a eu le savoir empirique des populations montagnardes, les premières recherches menées par les services forestiers à la fin du XIXe s. puis les études des géographes au début du XXe s., les développements des ingénieurs civils au milieu du XIXe s., etc.

Lire la suite